mercredi 11 octobre 2017

Mini séjour du samedi 14 et du dimanche 15 octobre 2017 à Maljasset

Nous sommes des botanistes amateurs. Si vous remarquez des erreurs, toujours possibles, dans la détermination de nos plantes,  merci de nous le signaler en commentaire




ARTICLE EN COURS DE RÉDACTION

Liens vers les mini-séjours "épine-vinette" précédents : 

http://assobrindherbenature.blogspot.fr/2016/10/mini-sejour-epinette-vinettes-les.html

http://assobrindherbenature.blogspot.fr/2015/10/tous-dans-les-epines-vinettes.html

Et les recettes :
http://assobrindherbenature.blogspot.fr/p/recettes.html




Week-end de cueillette / triage sous un soleil radieux et un ciel sans nuages...

Superbes paysages dans la vallée de l'Ubaye, à la fin de la route... 
Pas de réseau pour portables, pas d'internet, pas de télévision, pas de radio...

Pas de marmottes, elles hibernent depuis le 14 octobre 2017

Mais des épines-vinettes à foison...






Épine – Vinette  

Berberis vulgaris

Famille des berbéridacées 



Berberis désignait en arabe le fruit de l’épine vinette. Curiosité botanique, simple précieux, hôte détesté d’un redoutable parasite des céréales, l’épine-vinette commune ou Vinetier (saveur ou couleur des fruits ?) allie charme et malice.

C’est un arbrisseau de moins de trois mètres, très épineux ; les épines, lisses et acérées, sont divisées ordinairement en 3 branches (de 1 à 7). Plus le milieu est sec, plus il y a d’épines. Ce sont des feuilles modifiées : cultivée en atmosphère sèche, l’épine vinette porte des épines à 3 branches ; en atmosphère très humide, elle développe à leur place des feuilles dont le limbe se rapproche d’autant plus de la normale que la teneur en eau est plus forte.

Les feuilles, caduques, alternes ou disposées en bouquets alternes à l’aisselle des épines, obovales ou oblongues, plus ou moins rétrécies en pétiole à la base, bordées de dents très fines et raides, subépineuses, nervures latérales en réseau saillant.

Fleurs jaunes, petites, en grappes pendantes de 3 à 6 cm, dépassant les feuilles, 6 sépales colorés, caducs, 6 pétales séparés concaves, portant chacun 2 nectaires à la base, 6 étamines, ovaire libre surmonté d’un stigmate. Les fleurs présentent un phénomène très curieux : à peine frôlé de la pointe d’un brin de paille, le filet de l’étamine se contracte brusquement et vient appliquer l’anthère (sac à pollen) sur le bord du stigmate. La moindre visite d’un insecte assure donc la pollinisation.

Les fruits, charnus, baies oblongues contenant 2 graines brunes riches en huile, allongées, rouge vif à maturité.

Floraison en mai /juin ; fruits de septembre à octobre.

Elle préfère les sols calcaires, aime les pentes sèches buissonneuses bien exposées, jusqu’à 1900m, rare dans les sols siliceux. Commune en France, elle n’existe pas en Corse ou elle est remplacée par l’épine vinette de l’Etna (Berberis aetnensis ) On la rencontre en Europe de la Scandinavie au centre de l’Espagne, à l’Italie, la Grèce et le Caucase .

La plante, est l’hôte occasionnel d’un champignon inférieur, responsable de la rouille du blé, le Puccinia graminis dont les 3 phases se passent successivement sur le blé, sur le sol et sur l’épine –vinette. La présence du parasite sur la face inférieure des feuilles se manifeste, en mai/juin par des tâches pustuleuses d’un jaune orangé, amas de mycélium que le vent véhicule sur les graminées dont le blé. Les paysans, bien avant les révélations du microscope, avaient pressenti la responsabilité de l’épine-vinette dans la rouille du blé, infection si ravageuse que, dans maintes contrées, on a pratiquement exterminé l’épine-vinette, faisant payer à un innocent les méfaits du criminel insaisissable. 


USAGES

Propriétés médicinales

La médecine par les plantes utilise principalement l’écorce interne de la racine ou les tiges de l’épine vinette. L’automne est la meilleure saison pour la récolter, on les fait sécher dans un lieu bien aéré. La décoction de 10-40gr d’écorce interne par litre d’eau (3 tasses par jour loin des repas ; gout amer) a des propriétés gastro toniques, cholagogues, légèrement purgatives, fébrifuges et diurétiques ; on lui suppose de plus aujourd’hui, des effets bactéricides. C’est à deux alcaloïdes, la berbérine et l’oxyacanthine qu’elle doit ses propriétés.



Les baies, à maturité, seront déposés en couche mince dans un lieu sec où elles perdront leur eau ; elles conservent leur couleur et leurs propriétés mais il faut les tenir à l’abri de l’air dans des bocaux ou des boites bien fermées.

Les baies ont des vertus médicinales non négligeables. Très acides avant leur maturité, les fruits mûrs en infusion (30-60gr de baies fraîches ou sèches par litre d’eau) à sucrer au miel ou la limonade préparée avec leur suc frais allongé d’eau sont des boissons rafraîchissantes et diurétiques utiles dans les maladies fébriles et surtout dans la dysenterie. Elles sont d’usage courant en Europe centrale.



Les feuilles, cueillies à l’époque de la floraison, se sèchent sans peine, leur goût rappelle celui de l’oseille, elles ont des propriétés voisines de celles des baies. Utiles pour la diarrhée, leur décoction est surtout indiquée en usage externe, en gargarismes dans les angines, les inflammations buccales. Ces feuilles contiennent de l’acide oxalique, elles sont à déconseiller à ceux qui souffrent de troubles rénaux.




Alimentaires

Les baies de corail aigrelet du Vinetier, qu’il faut aller cueillir à leur parfaite maturité, en octobre ou mieux après les premières gelées, font d’exquises gelées et confitures. La récolte, fut-elle sanglante est moins pénible que l’épépinage conseillé par les rares ouvrages culinaires qui parlent de l’épine-vinette. On évitera cette tâche fastidieuse en faisant crever les fruits entiers dans de l’eau à niveau puis en les passant au moulin à légumes grille fine. On cuit le jus obtenu avec son poids de sucre. On peut y ajouter des pommes pour lui donner de la consistance et l’adoucir. Peu épaissi, le suc fait un sirop que l’on peut garder en bouteille, c’est une boisson délicieuse et très désaltérante. Les grappes entières, confites au sucre, sont une confiserie délicate et de belle apparence.

Avant maturité, les baies acides, mises au vinaigre blanc avec estragon, petits oignons, etc., donnent un condiment utilisable comme des câpres.

On prépare un excellent hydromel en faisant fermenter le mélange suivant : 30l d’eau, 1 livre de baies contuses, miel en quantité suffisante.

Plus oubliée de nos jours à l’office qu’ à l’officine, l’épine-vinette était cultivée en quelques régions pour ses fruits. Les pieds âgés donnent parfois des fruits sans pépins (parthénocarpie). On en récoltait jadis des quantités à Chanceaux, près de Dijon, on en faisait une spécialité : des pastilles à l’épine-vinette.

Les baies acidulées sont riches en vitamine C et en fer, elles sont très utilisées en cuisine en Iran et en Afghanistan ou elle sont cultivées en montagne. 



Bois

D’un beau jaune dans la jeunesse, tardivement verdâtre ou brunâtre, le bois du Vinetier, assez lourd, dur, homogène, pourrait servir en marqueterie aux ouvrages tournés, s’il atteignait des dimensions suffisantes. Mais il n’a pas été souvent employé, tout au plus a-t-il été mêlé à ces « bourrées d’épines » que l’on brûlait dans le four à pain. Les tiges séchées servent aux paysans à boucher les trous des haies.



Usage tinctorial

L’écorce et surtout la racine de l’épine-vinette contiennent de la berbérine, base tinctoriale jadis recherchée, qui communique, sans apprêt, un beau jaune pur et brillant à la laine, la soie, le coton, le cuir, le bois. Le suc des baies, avec addition d’alun, donne un très beau rouge. 



Toxicité

Tout est toxique dans la plante interdite aux femmes enceintes, sauf la baie lorsqu’elle est mûre 



Texte d’après Pierre Lieutaghi : Le Livre des Arbres, Arbustes et Arbrisseaux

Photos : Jeannine Henry

Départ de Maljasset



Rendez-vous au gite "les zélés" à la Combe-Brémont


























Carrière de marbre vert de Maurin




Pause thé














Saule marsault
Salix caprea




Le lundi matin, lors d'une petite randonnée, nous avons pu assister à la transhumance de 1300 moutons!


















vendredi 6 octobre 2017

Balade du lundi 9 octobre 2017 à l'enclos des bories à Bonnieux




Nous sommes des botanistes amateurs. Si vous remarquez des erreurs, toujours possibles, dans la détermination de nos plantes,  merci de nous le signaler en commentaire.



Lundi, balade dans la chênaie du Luberon Nord jusqu’à l’enclos des bories, patrimoine architectural d’ouvrages en pierres sèches.
Nous avons découvert en chemin les arbustes de la chênaie, la forme de leurs feuilles, leurs usages anciens et actuels.


Comment observer les feuilles???
Je vais essayer de restituer aussi précisément que possible, à partir de mes notes, et de celles de Jeannine,  je compte sur les "brins d'herbe" pour rectifier, préciser...

On observe tout d'abord la disposition des feuilles, sont-elles opposées, alternes??
A la base de chaque feuille se trouve un bourgeon,
Souvent, il peut y avoir une stipule.

La feuille est composée du pétiole, du limbe, des nervures (une principale, des secondaires)






Application aux différentes espèces d'arbres rencontrées :

Le cornouiller sanguin et le cornouille mâle
Cornus sanguinea et Cornus maes

Les feuilles sont opposées, simples, non découpées.
Les nervures secondaires sont convergentes vers le sommet du limbe.





OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Le cormier ou sorbier domestique
Sorbus domestica

Feuille composée pennée
Les feuilles sont composées de paires de folioles  comme les plumes d'un oiseau : feuille pennée
Les feuilles sont composées pennées avec une foliole terminale (imparipennées)
La feuille est tout l'ensemble, le bourgeon est à la base
Le pétiole est long,
La nervure principale est dénudée (rachis)

Les folioles sont dentées


On pourrait tracer le limbe tout autour en pointillé, pour bien montrer qu'il s'agit d'une seule feuille.








OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

L'alisier blanc
Sorbus aria

Les feuilles sont alternes
Le pétiole est pubescent
Le limbe est très élargi, finement denté
La feuille est simple,  pointue, elle est vert foncé d'un côté, duveteuse, blanchâtre de l'autre
Les fruits, comestibles, sont disposés en corymbe, ils arrivent tous à même hauteur mais ils ne sont partent pas tous du même point.





OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Le buis
Buxus

Les feuilles sont opposées, simples, entières, coriaces
Le pétiole est très court, le bourgeon minuscule, entre tige et feuille
Il n'y a pas de stipule,  le limbe est entier
Seulement une nervure principale, saillante au dos
Le fruit est une capsule qui s'ouvre en 3 valves





OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Sapin d'Andalousie
Abies pinsapo

Feuille autour du rameau, en écouvillon
Feuille en aiguille, très courte et solitaire, presque cylindrique
Les écailles du cône se séparent à maturité : deux graines ailées sur chaque écaille




OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Le cèdre de l'Atlas
Cedrus atlantica



Le cèdre a le port tabulaire

Pas de pointe
Les cônes sont dressés au-dessus des rameaux 
Les feuilles sont persistantes, en aiguilles piquantes disposées en pinceaux





OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Les pins

Nous reverrons les pins de façon plus approfondie une prochaine fois, rappelons-nous d'ores et déjà,  pour les différencier des autres conifères, que leurs aiguilles sont par deux dans une gaine. 

Le pin noir d'Autriche a le port pyramidal
Les écailles de ses cônes sont noires 

Le pin sylvestre est plus tortueux, son écorce est rouge
Oserais-je noter le moyen mnémotechnique que j'utilise??? Allez, j'ose ... Le tronc rouge fait penser aux couleurs de Noël, et ... la Saint Sylvestre est juste après Noël... Je vous l'accorde, un peu tortueux, mon moyen mnémotechnique, mais ça marche!!!




Le pin d'Alep
Pinus halepensis





Pour différencier le pin d'Alep du pin noir d'Autriche, un petit "tuyau" :

Le pin d'Alep a les aiguilles d'un vert tendre, ses cônes sont dirigés vers le bas et restent plusieurs années sur l'arbre, on en voit très peu à terre

Le pin noir d'Autriche a beaucoup de cônes au sol


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Le cerisier de Sainte Lucie
Prunus mahaleb






Feuilles alternes, dentées
Tige ronde, marron, lisse, on peut apercevoir des orifices qui servent à la respiration.
Le fruit s'appelle une drupe et comporte un noyau (acide cyanhydrique)
Son bois est très dur, il sert de porte-greffe pour les cerisiers.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Le charme houblon
Ostrya carpinifolia

Cet arbre a très certainement été apporté avec de la terre extérieure à la zone visitée

Pourriez-vous décrire cette feuille???
Remarquez que les nervures secondaires sont bifurques au dos de la feuille





OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

La viorne lantane ou viorne mancienne
Viburnum lantana

Cette plante est utilisée en vannerie (pour faire des paniers en spiralée par exemple), elle est très difficile à couper sans sécateur.
On trouve ses fruits verts, rouges et noirs en un même bouquet

Feuille simples, opposées
Rameau duveteux, dentée
Les nervures sont apparentes sur le revers de la feuille, ramifiées aux extrémités

Le dos de la viorne lantane présente des poils disposés en étoiles et  les bourgeons en haut de la tige font penser à des mains jointes..



OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Buplèvre ligneux
Bupleurum fruticosum

Les feuilles sont entières, alternes, de couleur glauque
Si on froisse la feuille, on sent une odeur de térébenthine





OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO




OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

L'ENCLOS DES BORIES




Moins connu que le village des Bories de Gordes, l'enclos des bornes est "authentique", en l'état original, une seule borie étant restaurée à l'entrée du village.

"Au regard d'une visite s'offre un patrimoine architectural où la main de l'homme, au fil du temps et des époques, a construit de nombreux ouvrages en pierres sèches en épierrant le sol, pour permettre la mise en culture. L'importance de ce site, pour les communautés, était essentiellement agro pastorale, en témoignent ces constructions : aires de battage, bories, aiguiers, parcs pour les animaux, rucher, caniveau de récupération d'eau, puits entièrement creusé dans la roche, murs remarquables." 
(texte de la brochure d'accueil de l'Enclos des Bories)


A noter : le billet d'entrée est valable pour plusieurs entrées, à conserver donc!













Aire de battage ci-dessus et superbe bâtiment donnant sur un rucher dans la cour intérieure. 












Des pois, encore des pois!!!









 Quelques chaises installées pour nous permettre de profiter pleinement de la superbe vue sur les villages de Lacoste et Bonnieux, avec le Mont Ventoux en arrière-plan.